Lola 22 ans, jeune hébergée par Le Refuge

Élevée par ma grand-mère depuis l'âge de 3 ans, je ne voyais que très peu ma mère, je passais quelques week-ends chez elle, mais ça se passait très mal et je n'avais pas beaucoup de contacts avec mon père.


Alors que j'étais en 5eme, je tombai amoureuse de ma professeur de musique, je me suis alors demandé si c'était normal, pas d'aimer quelqu' un de plus vieux, mais d'aimer une femme.


Les garçons ? C'était bien en ami, mais je sentais bien que ça n'irait jamais plus loin, je cachais a tout le monde mon attirance pour les filles, car j'avais très peur du jugement des autres.


Ma professeur allait quitter le collège l'année d'après, je décidais donc de lui écrire une lettre afin de lui dévoiler mes sentiments, lettre à laquelle je n'ai jamais eu de réponse.


Je n'ai jamais eu d'histoire d'amour pendant que j'étais au collège, c'était une période bien assez difficile pour moi, les élèves se moquaient de mon physique, ainsi que du passé de ma mère, je ne voulais donc pas en rajouter en montrant que j'aimais les filles.


Après le collège, je suis allé en MFR (maison Familiale et Rural) j'y étais interne et faisais des études afin d'obtenir mon BEP d'aide à la personne.


Au début tout se passait bien, j'étais en chambre avec une fille que j'aimais beaucoup, elle s'appelait Alice.
Le week-end, j'allais chez ma mère, mais comme d'habitude, ça se passait mal, alors je restais la plupart du temps au téléphone avec Alice.


Petit à petit je sentais que j'avais de plus en plus de sentiments pour elle alors j'ai décidé de lui avouer , mais elle l'a très mal pris, elle a commencé par changer de chambre, puis à faire comme si elle ne me connaissait pas , ensuite elle en a parlé à sa bande de copains, ils ont commencé alors à s'en prendre à moi , ils m'ont volé mon téléphone, retourné ma chambre, insulté, bref c'était très dur à supporter et j'en ai beaucoup souffert.


Fin de l'année, je décide de tout arrêter, trop de choses à gérer, donc retour chez ma mère.


Je trouve rapidement un travail en tant que plongeuse dans un restaurant, mais je dois donner une pension à ma mère sur mon petit mi-temps, il ne me reste donc pas grand-chose.
À l'époque, mon père louait un studio, et n'ayant pas de locataire accepta de me le prêter le temps que je me trouve un appartement, après mon travail au restaurant, je trouvai un emploi à temps pleins comme femme de chambre dans un hôtel.


Je pense que mon père avait des doutes sur ma sexualité, car il me reprochait souvent de faire venir du monde à la maison et il avait bien remarqué que ce n'était que des filles, j'ai donc décidé de tout lui avouer, il n'a rien dit m'a jute regarder en souriant, mais m'a très vite mis la pression pour que je quitte son studio, j'ai donc trouvé un appartement enfin, j'étais chez moi.


À partir de ce jour, mon père ne m'a plus donné signe de vie, ma mère, elle, a très bien réagi quand je lui ai dit que j'étais lesbienne, mais depuis que j'avais mon appartement et mon boulot, elle passait chez moi tous les jours et me réclamait de l'argent, c'était l'enfer, si je disais non elle devenait violente dans ses paroles et ses gestes.
Au début, je ne cédais pas, mais ça devenait de plus en plus difficile à supporter, je voulais a tout prix qu'elle me laisse tranquille alors j'ai finis par lui donner ce qu'elle voulait.


Puis un jour n'en pouvant plus, j'ai cherché de l'aide sur le net et j'ai trouvé Le Refuge, j'ai donc appelé la ligne d'urgence, mais en entendant quelqu' un décrocher j'ai pris peur et j'ai raccrocher , véronique m'a rappeler et me sentant mal à l'aise m'a proposé de continuer notre conversation par messages , elle a su de suite me rassurer, me donner des conseils vis-à-vis de ma situation et m'a proposé de passer un week-end au Refuge de Montpellier.
J'appréhendais énormément, mais tout, c'est super bien passer, arrivé le dimanche par contre je ne voulais plus repartir chez moi, je voulais rester au Refuge.


Je suis repartie, mais je gardais contact avec l'équipe et certains jeunes, ça m'aidait énormément à tenir, physiquement, j'étais chez moi, mais ma tête était avec eux.


Quelques mois plus tard, j'y suis retourné pour une semaine et là, on m'a annoncé qu'une place était disponible pour moi, j'étais heureuse, je suis alors parti chercher mes affaires et me suis installé au Refuge.


Aujourd'hui, cela fait 8 mois que j'y suis, je me sens beaucoup mieux, je me suis ouverte aux autres, je suis plus sociable et j'ai un peu plus confiance en moi.


Je passe actuellement mon BAFA, mon CAP petite enfance en juin et le refuge m'a aussi permis de trouver l'amour.


Mes projets aujourd'hui ? Réussir mon examen, trouver du travail, avoir un appartement avec ma chérie et plus tard plein d'enfants qui courent partout.


Un grand MERCI à toute l'équipe du Refuge sans qui je ne serais certainement plus là aujourd'hui.

 

Lola