11 Questions à Olivier BUSNEL

Bonjour Olivier,

 

Quelle est ta fonction au sein du Refuge, et depuis combien de temps ?

 

Je suis bénévole au Refuge Montpellier, depuis 1 an.

 

Pourquoi avoir choisi le Refuge ?

 

Parce que je refuse l'exclusion, et que je suis sensibilisé aux problèmes que peuvent rencontrer les homosexuels(les)Je voulais apporter une aide concrète, autre que financière, mais si c'est là le nerf de la guerre.

 

As-tu eu du mal à parler de ton orientation

sexuelle, avec ta famille ou tes amis ?

 

Oui, bien sur en 1980 il n'était pas aisé de faire son coming-out, j'ai perdu beaucoup de temps, . J'ai toujours entendu dire à la maison que l'homosexualité n'était pas un problème, il n'y avait aucun jugement. Mais lorsque que c'est à vous, un garçon de 20 ans, d'exprimer à vos parents vos préférences, vous craignez malgré tout de les décevoir, ou d'être rejeté. Mais çà c'est bien passé avec mes parents, ainsi qu'avec mes frères et soeur. Avec les amis il n'y a pas eu de problème non plus, pas plus que dans le milieu professionnel, quand on s'assume on est évidement plus fort.

 

Quelles ont été les réactions de ta famille et de tes amis en apprenant ton engagement auprès du Refuge ?

 

Que de très bonnes réactions, et mon engagement ne les a pas étonnés, beaucoup ont été effarés d'apprendre que des parents pouvaient rejeter leur propre enfant. Ma mère a aussitôt apporté son obole...

 

Penses-tu que faire accepter son orientation sexuelle, est plus ou moins difficile pour les jeunes aujourd'hui ?Ah l'éternelle question... Il me semble qu'au niveau de la société, de l'état, des institutions, il y a eu de grandes avancées depuis les années 80, mais la cellule familiale reste le berceau des plus grandes angoisses et des plus profondes peurs d'exclusion, parce qu'il y a beaucoup d'amour à perdre. Je pense qu'il est plus aisé aujourd'hui de vivre son homosexualité, parce que l'on en parle plus dans les médias, la littérature, le cinéma, et parce que des lois nous protègent. On a la possibilité aujourd'hui de se créer une sphère sociale, en choisissant qui en fera partie ou non, en fonction de ses valeurs. La cellule familiale reste une cellule dans certains cas, hélas.

 

Tu t'occupes de jeunes pour la plupart rejetés par leurs parents, qu'en pense-tu ?

 

Je me refuse à juger, je préfère mettre mon énergie à mon action auprès des jeunes. Ils ont besoin de savoir que le monde ne s'est pas écroulé, qu'ils peuvent avoir confiance en l'Adulte, avec le temps, j'espère que les liens se renoueront avec leur famille.

 

Penses-tu que le mariage pour tous n'a été que bénéfique, et pour qui ?

 

Bien sûr que non, le débat sur le Mariage pour Tous a été le catalyseur de toutes les peurs, les haines, il a permis à une frange de la société d'exprimer les pires insanités. On a vu ressurgir les démons enfouis, mais qui restaient bien présents hélas. J'ai été effrayé d'imaginer le nombre d'enfants qui vont découvrir, si ce n'est déjà le cas, leur homosexualité, et qui ont participé aux côtés de leurs parents à ces manifestations, ils doivent vivre une épreuve incommensurable. Je regrette aussi l'odieuse manipulation qu'en ont faite certains partis politiques.Mais il reste que le Mariage pour Tous est une avancée vers l'Egalité, en cela la République sort grandie de cette épreuve.

 

La montée de l'Homophobie t'étonne-t-elle ?

 

Non, les langues se sont déliées, après les paroles les actes.

 

Le Refuge pour toi, c'est ?

 

Un havre, une halte pour les jeunes, au sein de laquelle ils peuvent trouver aide, écoute, réconfort et fraternité.

 

Le Refuge fête ses dix ans, que lui souhaite-tu ?

 

Que l'état et les collectivités reconnaissent sa nécessité, qu'ils apportent une aide efficace à son fonctionnement, et que son action permettent aux jeunes hébergé(e)s de devenir des citoyen(ne)s heureux(ses) et épanoui(e)s

 

Pourquoi appelles-tu à soutenir le Refuge ?

 

La précarité face au désengagement grandissant de l'Etat impose que les citoyens se mobilisent pour soutenir ce formidable lieu de vie et d'amour.pour terminer, je citerais Edmund Burke "Le Mal triomphe par l'inaction des gens de bien"

 

Un Grand Merci à Toi Olivier.